recherche
English |  Accueil ISBC |  Quoi de neuf |  Carte du site
   

Ce site utilise des
fichiers de format PDF. Le logiciel Adobe Acrobat Reader est nécessaire pour le visionnement. Pour le télécharger, cliquez sur l'image.

 

 
 
 Imprimez

print  Rétroaction
 
 

Pressées de toutes parts : ce dont les petites organisations sans but lucratif ont besoin pour survivre et prospérer

Page précédent  Page précédent     Page suivant  Page suivant     Table des matières  Table des matières
5. Ce dont les petits organismes et les petites organisations ont besoin pour travailler efficacement : conseils à l'intention de l'ISBC

Parce que les petits organismes et les petites organisations offrent à la population des programmes et des services qui répondent à des besoins locaux, ils font face à des problèmes liés de façon particulière à leur taille. Il faut trouver des solutions pour conserver les principaux avantages que procure le fait d'être une petite entité communautaire, c'est-à-dire la souplesse, l'adaptabilité, la responsabilité et le caractère approprié (capacité de répondre aux besoins locaux). On fait peu de distinction, que ce soit au niveau des politiques ou dans la pratique, entre les grandes organisations mieux financées et mieux dotées en personnel et leurs pendants communautaires qui se débrouillent presque sans ressources. Une question couramment soulevée par les représentants des petits organismes et ceux des petites organisations est l'incidence du transfert des responsabilités des gouvernements au secteur bénévole et communautaire, de même que le stress et les tensions qui en ont résulté pour les petites entités qui doivent répondre aux besoins locaux. Par ailleurs, les modalités du financement provenant de sources publiques et privées deviennent de plus en plus contraignantes pour les organismes et les petites organisations : moins d'argent (diminution des subventions et rivalité accrue pour les montants disponibles, etc.) et plus de conditions (contrats au lieu d'un financement de base, financement à court terme, davantage de formalités administratives, etc.).

Voici un aperçu des conseils donnés par les participants aux six tables conjointes.

Accord : L'Accord entre le gouvernement du Canada et le secteur bénévole11 expose les valeurs et les principes qui doivent soustendre tous les rapports entre le gouvernement fédéral et les organisations bénévoles et communautaires. D'après les re-présentants des petits organismes et ceux des petites organisations, les intentions sont nobles et les mots sont beaux, mais ce qui les préoccupe, c'est que le projet ne semble pas avoir de substance (résultat ou produit final) et qu'aucun mécanisme de surveillance n'est prévu. En d'autres termes, il ne semble pas y avoir de plan pour passer de la théorie à la pratique. Les participants ont aussi souligné que l'Accord ne fait pas mention du contexte de l'ISBC, c'est-à-dire des changements qui ont eu lieu dans le secteur sans but lucratif pendant la dernière décennie et, en particulier, des effets néfastes des compressions. Ils ont dit craindre que cette lacune " enlève toute vigueur à l'initiative ".

Recommandations :
Une volonté politique est nécessaire pour mettre en œuvre les bonnes intentions.

Table sur la sensibilisation : La sensibilisation vise à mieux faire comprendre au public la contribution qu'apportent le secteur bénévole, ses organisations, son personnel et ses bénévoles. Disposant de très peu de ressources, tant humaines que financières, pour faire leur propre promotion, les petites organisations ont besoin d'une aide sous forme de campagnes permanentes pour se faire connaître et faire connaître leur travail dans leur collectivité. Cela peut prendre la forme de la sensibilisation du public au secteur, sensibilisation à la valeur et à la contribution du secteur bénévole et communautaire dans son ensemble et, à l'échelle locale, sensibilisation à la valeur et à la contribution des diverses organisations. Puisque les petits organismes et les petites organisations constituent la plus grande partie du secteur, il faudrait mettre l'accent de façon plus marquée sur le travail important et efficient de ces groupes communautaires.

Recommandations :
L'information est une question clé pour les petits organismes et les petites organisations. Bien souvent, ceux-ci n'entendent pas parler des ressources ou des occasions de financement qui pourraient les aider à faire leur travail. « Il semble que chaque groupe doive réinventer la roue pour chaque projet qu'il entreprend. »

  1. Centre d'information communautaire : Il serait utile d'avoir une publication locale centrale ou un centre de ressources qui aiderait les gens à trouver les services dont ils ont besoin.
  2. Ressources : Il faut prévoir plus de ressources pour les organisations ou les organismes individuels pour permettre à ceux-ci de promouvoir leur travail et leurs enjeux.
  3. Meilleure couverture médiatique : Une couverture médiatique générale du secteur et des profils particuliers des petites organisations est nécessaire pour sensibiliser le public à la valeur et à la contribution du secteur bénévole et communautaire.
  4. Remerciements : Reconnaître et remercier les petits organismes et les organisations ainsi que les bénévoles qui consacrent de leur temps pour donner les services et réaliser les programmes au bénéfice de leurs voisins et pour la fierté civique qu'ils contribuent à inspirer.

Table sur les moyens d'action : Par moyens d'action, on entend les ressources dont dispose une organisation pour faire son travail; cela englobe un personnel (rémunéré et bénévole) suffisant, un financement soutenu, de l'information et de la formation. Les avis fournis par les représentants des petits organismes et des petites organisations concernant leurs moyens d'action sont clairs. Ceux-ci ont souligné que si les gouvernements appréciaient à juste titre le secteur bénévole et communautaire, en comprenaient bien toutes les facettes et s'efforçaient sincèrement d'en faire la promotion, ils seraient davantage portés à accroître le financement du secteur. Il est important de reconnaître qu'il y a une distinction entre les petits organismes et les petites organisations et leurs pendants de grande taille, et il faut la définir clairement; ce qui n'a pas encore été fait. Étant donné leurs modestes budgets, leur personnel peu nombreux et le temps limité que peuvent donner les bénévoles, les petites organisations n'ont ni le temps ni les ressources nécessaires pour rédiger convenablement des propositions de plus en plus complexes dans le but d'obtenir des subventions, pour favoriser une sensibilisation accrue, pour remplir tous les formulaires requis, pour s'occuper de l'administration et de l'évaluation, pour établir des partenariats et pour donner un appui aux bénévoles. Bien souvent, elles ne sont pas au courant des possibilités de financement qui sont à leur portée. Elles ont besoin d'aide sous forme d'une plus grande accessibilité au financement, à l'information, à l'équipement et à la formation. Les questions d'ordre juridique et la question de la responsabilité préoccupent de plus en plus les petits organismes et les petites organisations.

Les gouvernements ayant réduit leurs services et en ayant transféré la responsabilité, " … les petites organisations sont maintenant pressées de toutes part … [Il faut] reconnaître la nécessité d'accroître les moyens d'action lorsque les attentes à l'égard des entités sans but lucratif sont plus élevées, alors que les ressources dont ces dernières disposent diminuent ". Les petits organismes et les petites organisations ont besoin de " quelque chose pour leur remonter le moral : des remerciements de la part des gouvernements provinciaux et du gouvernement fédéral pour le travail accompli par les bénévoles ".

Recommandations :

  1. Du financement! On a besoin de plus d'argent pour le financement de base, le financement de projets, l'équipement et la formation. Les petits organismes ont besoin d'un financement soutenu (financement pluriannuel, financement de fonctionnement de base) afin d'offrir des services consistants.
  2. Demandes de subventions : Si les subventions offertes étaient bien annoncées et si les demandes étaient simples à faire, le personnel et les bénévoles des petits organismes et des petites organisations entendraient parler des possibilités de financement et auraient les compétences nécessaires pour présenter une demande de subvention.
  3. Centre local de ressources : Les petits organismes et les petites organisations ont besoin d'un centre local de ressources où ils pourront obtenir de l'information sur le développement organisationnel, sur les possibilités de financement, sur la gestion des bénévoles, sur le perfectionnement des compétences (p. ex., comment rédiger des demandes de subvention), ainsi que sur la structure et les services gouvernementaux.
  4. Centre d'information fédéral : On a besoin d'un bureau central d'information offrant des services, notamment un soutien informatique technique, de l'information sur les sources de financement disponibles et de l'information concernant le recrutement de bénévoles.
  5. Incentives for volunteers: It is not free to volunteer. Tax breaks or other supports may be useful incentives to encourage people to start volunteering their time and skills.
  6. Liability insurance or limiting liability: Small organizations and agencies need assistance in acquiring appropriate liability insurance to protect their Boards, volunteers and staff.
  7. Partenariats : Il faut promouvoir des moyens novateurs pour favoriser les partenariats entre les organismes et organisations, le gouvernement et les entreprises qui ne soient pas contraignants (p. ex. une exigence liée à l'obtention d'une subvention), afin qu'il soit possible de partager l'information et le savoir-faire.
  8. Formation : On a besoin d'avoir accès, gratuitement ou à faible coût, à de la formation sur le rôle de dirigeant, le développement organisationnel et la gestion, pour le personnel et pour les bénévoles.

Table sur l'Initiative nationale sur le bénévolat : La question du bénévolat englobe toutes les ressources nécessaires pour appuyer le travail des bénévoles. Du point de vue des petits organismes et des petites organisations, les divers ordres de gouvernement n'encouragent pas suffisamment le bénévolat. « L'absence de mécanismes pour appuyer le bénévolat en est la preuve. » On a besoin d'une analyse approfondie des changements politiques, économiques et sociaux qui ont eu une incidence sur le bénévolat dans notre société. Cette analyse devrait comprendre les observations venant des petites organisations et des bénévoles œuvrant dans le secteur. Une fois que nous aurons une bonne compréhension des petits organismes, des organisations et des bénévoles, nous serons en mesure de prendre les moyens concrets et utiles qu'il faut pour renforcer cette partie du secteur bénévole et communautaire. Les participants aux groupes de discussion ont souligné un certain nombre d'aspects devant être considérés comme point de départ pour aider les organismes et les organisations à constituer et à conserver une base de bénévoles : des ressources pour recruter, former et superviser les bénévoles, de l'information sur l'élaboration de politiques, y compris sur la gestion du risque, et la promotion du bénévolat.

Recommandations :

  1. Ressources : Les groupes communautaires ont besoin d'une aide gouvernementale pour appuyer leur base de bénévoles (recrutement, sélection, formation, supervision et reconnaissance des bénévoles).
  2. Policy development: Assistance is needed with developing policies around volunteerism (e.g., determining suitability, risk management, liability, and screening costs such as police checks).
  3. Gestion : On a besoin d'information et d'idées sur la façon de gérer les bénévoles (p. ex., détermination des tâches appropriées et perfectionnement des compétences), y compris sur la façon de tenir les bénévoles responsables (fiabilité) de l'exécution de leurs tâches et sur les moyens de garder les bénévoles.
  4. Promotion : On a besoin d'une meilleure promotion des avantages qu'on peut tirer du bénévolat (p. ex., épanouissement personnel, estime de soi).

Table sur la gestion de l'information et les technologies de l'information (GI-TI): La question de la gestion de l'information (GI) et des technologies de l'information (TI) concerne l'utilisation de la technologie pour faciliter le travail des petites organisations. Certains groupes se débrouillent très bien sans GI-TI. Toutefois, on s'entend généralement pour dire, et il s'agit peut-être de la réalité, que la GI et les TI sont des outils nécessaires aux petits organismes et aux petites organisations sans but lucratif. Ceux-ci ont besoin de ressources pour acheter du matériel informatique, utiliser Internet, entretenir les ordinateurs et le matériel, obtenir des services de dépannage, établir et tenir à jour un site Web, et acquérir les mises à jour de logiciels et la nouvelle technologie. L'accès aux ordinateurs et à la formation en informatique est essentiel pour les petites organisations aussi bien que pour les personnes et les familles qui utilisent leurs services.

Recommandations :

  1. Technologie : Un certain nombre de petits organismes et de petites organisations ont besoin de l'infrastructure technologique de base que sont les ordinateurs, les logiciels, le téléphone et Internet.
  2. Financement : Les petits organismes et les petites organisations ont besoin d'argent pour entretenir le matériel informatique et pour acheter les logiciels qui simplifieront leur travail.
  3. Formation : Les petits organismes et les petites organisations ont continuellement besoin d'une formation gratuite sur la façon d'utiliser le matériel et les logiciels.
  4. Aide technique : Les petits organismes et les petites organisations ont besoin d'aide technique pour faire face aux problèmes informatiques (virus, etc.). Les participants ont suggéré, entre autres choses, que le gouvernement fédéral établisse un site Web où les petits organismes et les petites organisations pourront avoir accès aux services d'un technicien pouvant répondre à leurs questions concernant l'informatique.

Table sur le cadre réglementaire : Le cadre réglementaire ne concerne pas seulement le statut fédéral d'organisme de bienfaisance (quels groupes sont admissibles; ce que l'entité peut faire ou ne peut pas faire lorsqu'elle a obtenu le statut; qui administre le statut d'organisme de bienfaisance au sein du gouvernement); en fait, il porte également sur la responsabilité des administrateurs. Il y a un besoin urgent d'examiner les règles, règlements et politiques touchant les petits organismes et les petites organisations au Canada. La législation fédérale sur le statut d'organisme de bienfaisance est archaïque; elle a besoin d'être révisée intégralement. La responsabilité et la crainte de poursuites sont des aspects qui prennent de plus en plus d'importance et qui réduisent la capacité des petits organismes et des petites organisations d'attirer des bénévoles et de répondre aux besoins de la collectivité. La protection insuffisante offerte par l'assurance est également un problème. Le gouvernement pourrait jouer un rôle clé en aidant les petits groupes à obtenir une meilleure couverture d'assurance.

Recommandations :

  1. Responsabilité : Fournir une aide du gouvernement fédéral contre les poursuites aux petits organismes et aux petites organisations sans but lucratif, ainsi qu'à leurs bénévoles et à leur personnel.
  2. Statut d'organisme de bienfaisance : Améliorer l'accès au statut d'organisme de bienfaisance en modernisant la loi pour l'adapter au XXIe siècle et rendre les formulaires plus simples.
  3. Règle en matière de défense collective des droits : Éliminer la règle limitant à 10 % les ressources pour la défense collective des droits. Les petits organismes et les petites organisations doivent pouvoir défendre les intérêts des personnes qu'ils représentent pour faire leur travail efficacement et dans le respect de l'éthique.
  4. Formulaires du gouvernement fédéral : Chercher des moyens de rendre les règlements et les formulaires concernant le personnel moins chronophages et moins complexes pour les petits organismes et les petites organisations.
  5. Allégements fiscaux pour les bénévoles : Examiner la possibilité de créer un programme d'incitatifs fiscaux (p. ex., crédit d'impôt) pour les personnes qui font du bénévolat.

 

Page précédent  Page précédent     Page suivant  Page suivant     Table des matières  Table des matières

 

 
 
      
À propos de l'ISBC | Lien gouvernement-secteur | Financement | Élaboration de politiques | GI-TI
Réglementation | Identité du secteur | Travail et bénévolat | Recherche sur le secteur | Rapports de l'ISBC | Contactez-nous | Enquête nationale sur les organismes bénévoles | Enquête canadienne sur le don, le bénévolat et la participation | Projet d'étude de l'Université Johns Hopkins | Compte satellite | Comité consultatif | Rapports | Contexte historique
Dernière mise à jour le: 2019-11-15